Les citoyens de la Nouvelle-Zélande
pourront bientôt se prononcer lors d’un référendum historique. En effet, les
4,8 millions d’habitants de ce charmant pays du pacifique seront appelés aux
urnes afin de décider s’il faut légaliser ou non le cannabis récréatif et
médical. Déjà, la controverse se fait sentir et le résultat sera probablement
très serré.

Une plante bien connue

La Nouvelle-Zélande est déjà célèbre pour avoir accueilli le tournage du Seigneur des Anneaux. En plus d’être familiers avec les hobbits, les habitants de ce pays connaissent bien le cannabis. En effet, des statistiques du ministère de la Santé révèlent que 11% des Néo-Zélandais utilisent cette plante au moins une fois par année. De plus, 44% de ces consommateurs de cannabis le feraient pour des raisons médicales. Depuis longtemps, des voix s’élèvent pour réclamer la légalisation du cannabis à la grandeur du pays. Il se trouve que les citoyens auront justement l’occasion de se prononcer à ce sujet dès 2020 lors d’un référendum général.

Un nouveau moteur économique potentiel

Pour Chlöe Swarbrick, du Green Party, la légalisation du cannabis est une occasion en or pour les populations marginalisées de la Nouvelle-Zélande de s’émanciper économiquement. Plutôt que d’opérer sur le marché noir, les petites communautés pourraient participer à une toute nouvelle industrie. Leur expertise en la matière pourrait rapidement leur permettre de se tailler une place de choix. En effet, plusieurs communautés maories cultivent depuis longtemps le cannabis de manière illicite. Comme les nombreuses vallées de la Nouvelle-Zélande sont propices à la culture du cannabis, les producteurs locaux pourraient proposer aux touristes des variétés tout à fait exotiques. Il est estimé que le cannabis légal générerait 420 millions de dollars annuellement en revenus de taxes.

Madame Swarbrick propose une approche semblable à celle adoptée par le gouvernement canadien, c’est-à-dire de viser la réduction des risques et de favoriser une consommation responsable. En effet, il est plus facile de faire de la prévention à propos d’une substance légale que pour une drogue qui circule sous le manteau.

À l’origine, les chiffres suggéraient que le camp procannabis menait. Cependant, les plus récents sondages suggèrent que les prohibitionnistes sont désormais en avance dans les intentions de vote. Ce phénomène s’explique par les efforts concertés du parti d’opposition National et des groupes de pression conservateurs. Dans ce contexte, il y a fort à parier que le résultat final va être très serré.

Sources : TheGuardian.com

L’article La Nouvelle-Zélande, bientôt un pays 420 friendly? est apparu en premier sur Maison d’Herbes.