Cette année, la journée internationale du cannabis était particulièrement attendue au Canada. Il s’agissait effectivement de la première édition pendant laquelle les amateurs de marijuana pouvaient allumer un joint en toute légalité. Un peu partout au pays, des milliers de fumeurs se rassemblèrent afin de célébrer dans un nuage de fumée à l’odeur bien particulière.

Un nouveau contexte

Les rassemblements du 420 étaient
particulièrement visibles dans les grandes villes canadiennes, notamment à
Toronto et à Montréal. Dans les deux cas, les participants interrogés
déclaraient se sentir rassurés de ne plus s’exposer à des amendes ou à des
arrestations.

Bien que l’ambiance fût plus détendue que les années précédentes, les vielles habitudes ont la vie dure, et le cannabis conserve son petit côté illicite. Plusieurs consommateurs s’approvisionnent toujours auprès de revendeurs, notamment en raison de la pénurie de cannabis qui afflige le pays. Lorsqu’il fût interrogé par TVA nouvelles à ce sujet, Martin Roy expliqua que : « … c’est assez difficile d’en avoir [du cannabis], étant donné que ce n’est qu’ouvert 3 ou 4 jours par semaine. En fait, c’est toujours plus facile d’appeler un dealer qui vient directement chez soi que de se déplacer pour aller acheter sur les tablettes ».

Célébrer et
revendiquer

Ajoutons à cela que les Québécois sont
toujours dans une situation incertaine. Pour le moment, le gouvernement Legault
prévoit encore d’interdire la consommation de cannabis en public. Le caractère
revendicateur de la journée internationale du cannabis est toujours bien
présent. Même à Toronto, plusieurs amateurs de cannabis soulignaient les
problèmes rencontrés par la jeune industrie de la marijuana. 

En plus des habituels citoyens 420 friendly, la voix de la Chambre de commerce de l’Ontario s’est fait entendre pour dénoncer la législation actuelle. Selon les représentants de cette organisation, la loi est trop restrictive et ne laisse pas suffisamment de place aux consommateurs. De plus, la Chambre de commerce estime que le système de loterie qui est en vigueur pour distribuer les permis de vente serait peu efficace. Toujours selon les représentants de la chambre, il serait plutôt souhaitable que les permis soient attribués selon les compétences des candidats.

Une demande
particulièrement forte

Plusieurs sites américains et canadiens qui permettent de commander du cannabis en ligne eurent des difficultés techniques lors de la fin de semaine du 420. En effet, le trafic virtuel était tellement élevé que les serveurs ne pouvaient gérer un tel niveau d’achalandage. Cette réalité se ressentait d’ailleurs sur le terrain. Santé Canada a d’ailleurs dû émettre un communiqué qui stipulait qu’ils étaient au courant des pénuries localisées de cannabis un peu partout au Canada.

De manière similaire, plusieurs services américains qui proposent des livraisons de cannabis furent submergés par les demandes. Ce fut notamment le cas pour Eaze, une compagnie de Venice Beach qui assure le service de toute la région de Los Angeles. Selon un représentant de l’organisation, cet achalandage extraordinaire est la preuve que le cannabis est désormais accepté du grand public. Selon plusieurs consommateurs californiens, il était possible d’observer d’énormes files d’attente dans tous les dispensaires de l’État. Armen Yemenidjian, le chef exécutif des Essence Cannabis Dispensaries, explique que le 20 avril est devenu l’équivalent du Boxing Day de l’industrie du cannabis.

Est-ce que le cannabis est bel et bien devenu
un produit de consommation comme l’alcool? Difficile à dire. Cependant,
plusieurs grandes compagnies osent désormais miser sur la popularité de la fête
du 420.

Cette année, les célèbres fabricants de crème glacée Ben & Jerry’s s’associèrent à un dispensaire de San Francisco pour offrir à tous les clients un échantillon de Half Bakedflavour. Cette saveur de crème glacée à base de biscuit et de fudge est conçue spécialement pour apaiser le petit creux des fumeurs de cannabis. De manière similaire, la chaîne Pizza Hut offrait un rabais sur les brownies au chocolat Hershey. Plutôt que de coûter 5,99$, le prix était réduit à 4,20$. Voilà une coïncidence qui fait bien les choses! De leur côté, la compagnie de transport Lyft offrait un service de raccompagnement pour la modique somme de 4,20$ afin d’éviter que les fumeurs ne prennent le volant sous l’influence du cannabis.

Ajoutons que la Maison d’Herbes n’était pas en reste. Pendant la journée du 20 avril, tous nos clients eurent droit à un rabais de 42% sur tous nos produits à notre boutique-comptoir de Drummondville! Un grand merci à ceux et celles qui étaient des nôtres pour célébrer cet événement unique!

Sources:

TheGuardian.com

ICI.radio-canada.ca

TVAnouvelles.ca

L’article Une fête du 420 à la sauce canadienne est apparu en premier sur Maison d’Herbes.