On parle souvent des jeunes entrepreneurs
fougueux et inexpérimentés qui se lancent tête première dans les défis, mais il
ne faut pas passer sous silence la contribution des aînés. En effet, ces
derniers sont très présents dans l’industrie du cannabis. Après tout, il serait
idiot de se priver de l’expertise de la génération hippie!

Un passe-temps qui rapporte

Après la retraite, certains se mettent au golf ou au tricot. En revanche, d’autres préfèrent joindre l’utile à l’agréable en se lançant dans le commerce (légal!) du cannabis. C’est notamment le cas d’Amy Peckham. Cette jeune grand-mère de 60 ans est la cheffe exécutive d’Etain, un dispensaire de cannabis de New York qui est administré exclusivement par des femmes. Madame Peckham se décrit également comme une experte qui met à profit son expérience pour guider les jeunes dans l’univers parfois complexe du cannabis. Notre entrepreneure retraitée plaisante même en racontant que ses jeunes collègues la surnomment désormais « maman »!

Ce cas est loin d’être unique. En effet, il semble que de
plus en plus de séniors suivent cette voie, et pas seulement pour occuper des
rôles de soutien. Chris Walsh est le président du webzine Marijuana Business Daily. Il soutient qu’il voit de plus en plus de
retraités se chercher des emplois dans le domaine. Souvent, ces derniers
désirent occuper des postes reliés au service à la clientèle. Walsh explique à
ce sujet que certains dispensaires visent une clientèle plus âgée. Souvent, ces
clients aiment discuter avec d’autres aînés pour déterminer quelles sont les
variétés de cannabis idéales pour leurs besoins.

Vendre du cannabis,
et en consommer

Une étude réalisée par Lauren Hersch Nicholas, du Bloomberg School’s Department of Health Policy and Management, révèle que 55% des aînés souffrent d’une ou de plusieurs conditions médicales qui peuvent être traitées à l’aide du cannabis. Il semble que plusieurs séniors réalisent que cette plante a un potentiel exceptionnel. Effectivement, le nombre d’aînés qui consomment du cannabis légalement aux États-Unis aurait augmenté de 25% dans la dernière année seulement.

Il est donc fort probable que les aînés se taillent en place
de choix dans cette industrie naissante. À la fois en raison de leur expertise,
mais aussi de leur entrain à trouver une occupation à temps partiel!

Sources :

MarketWatch.com

L’article Les vétérans de l’industrie du cannabis est apparu en premier sur Maison d’Herbes.