La multiplication des serres de cannabis cause de plus en plus de pollution lumineuse. Ceux et celles qui pratiquent la photographie nocturne connaissent bien ce problème. Plus une région est industrialisée, et plus la lumière qui se dégage des bâtiments illumine le ciel. Lors d’une nuit claire et dégagée, vous verrez ainsi moins d’étoiles dans le ciel. À l’inverse, s’il y a beaucoup de nuages la lumière va se refléter sur la surface de ces derniers.

Un paysage rural transformé

Alors que les citadins sont déjà habitués à cette réalité, les habitants de campagnes doivent s’habituer à la luminosité intense causée par les serres de cannabis vitrées. Ces installations se multiplient en Amérique du Nord, et tendent à être très énergivores. En effet, à certains stades de sa croissance, le plant de cannabis a besoin de 18 heures d’ensoleillement par jour.

Ces nouvelles lueurs nocturnes ne font pas le bonheur de tous. Des habitants des villes canadiennes de Kingsville, Leamington, Pelham et Langley se plaignent de la situation. Selon les principaux intéressés, le tout se compare à des aurores boréales permanentes. En effet, les lumières DEL utilisées répliquent les spectres les plus efficaces pour la photosynthèse. Ainsi, le ciel est parfois teinté d’une intense lueur mauve. Bref, le tout n’a rien de très rassurant, surtout si vous venez de terminer un film avec des extraterrestres qui débarquent sur terre!

Des lumières dangereuses?

Certaines études laissent croire que cette illumination artificielle pourrait affecter négativement les oiseaux, les insectes et même les humains. Par exemple, une plus grande luminosité nocturne facilite la vie aux prédateurs qui traquent leurs proies. Certaines espèces pourraient donc être rayées de la carte dans les régions touchées. Chez les humains, il est démontré que la lumière artificielle peut perturber le rythme circadien. De telles perturbations favorisent l’insomnie et même les troubles cardiaques.

Si d’un côté les résidents des régions rurales apprécient les retombées économiques de la culture du cannabis, il est clair que cette nouvelle problématique va demander une période d’adaptation. Certains producteurs comme Canopy Growth ajoutent déjà des volets à leurs installations, afin de diminuer la pollution lumineuse nocturne.

Bref, si vous observez d’étranges lueurs dans le ciel, inutile d’appeler Mulder et Scully!

Sources :

CBC.ca #1

CBC.ca #2

L’article De mystérieuses lumières nocturnes est apparu en premier sur Maison d’Herbes.